Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 7

Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 7

Chapitre 7

Oh mon— le Mont Hua est en ruines (2)

«Ah…» Chung Myung tourna la tête. Il y avait quelqu’un ! Après des mois de voyage, enfin une bonne nouvelle : quelqu’un vivait au Mont Hua supposé en ruines.

La lourde et endommagée porte s’ouvrit dans un grincement, ses charnières abusées. Un homme vêtu d’un uniforme noir passa la tête à travers la porte à demi ouverte.

«Quoi, un enfant ?»

Chung Myung fut immédiatement convaincu que cet homme était un artiste martial. Au cours de ce dernier mois, s’était tout juste s’il fut, même une fois, appelé un enfant.

«Quoi, un mendiant ?»

«Ce mendiant ?»

«Ce mendiant voyage seul ?»

«C’est un mendiant.»

Les gens ne se préoccupaient pas de l’âge d’un mendiant. A leurs yeux, ils étaient tous des mendiants, pareil au même — mais cet homme ignora ses vêtements usés et trempés de sueur ; il le considéra comme un « enfant ».

«Tu es venu ici seul ?» L’homme d’âge moyen regarda les alentours, perplexe. «Comment est-ce que tu es monté jusqu’ici seul ?»

«Uh… eh bien…» Chung Myung hésita sur ses mots.

J’ai tout simplement marché ? Il aurait voulu dire que rien n’était impossible avec de la persévérance, mais compte tenu de la situation, il doutait que cela soit adapté. Avec son corps maigre, quoiqu’il dise, il attirerait les soupçons. Il ne lui fallait pas des excuses— plutôt qu’essayer de se justifier, il devait mener la conversation.

«Plus important, j’ai quelque chose à vous demander.»

«Hein ?» L’homme roula des yeux. Il était absurde qu’un enfant puisse venir ici par lui-même, mais bien moins que ce dernier commence ensuite à poser des questions.

«Êtes-vous un artiste martial du Mont Hua ?»

«… Tu connais l’existence du Mont Hua ?»

«Ai-je raison ?»

«À l’heure actuelle, oui ?»

Il n’est pas trop tard ! Chung Myung poussa un long soupir de soulagement. La Secte du Mont Hua était peut-être au bord de la ruine ; un regard suffisait pour l’affirmer — mais pas encore entièrement en ruines, et là était la partie la plus importante.

Dans tous les cas, l’héritage se poursuit. Chung Myung se résolu. Tout d’abord, le Mont Hua est—

«Pour l’instant, entre donc.»

«Hein ?» Le doux sourire de l’homme surprit Chung Myung.

«Le soleil est en train de se coucher.»

«… Oh ?» Exact, l’obscurité prenait déjà place.

«Les nuits sont froides au Mont Hua. Tu as eu une longue journée — si tu te risques à passer une nuit dehors, il y a fort à parier que tu mourras de froid ; et redescendre maintenant de la montagne ne serait pas raisonnable. Actuellement, nous ne recevons pas d’invités ; mais je ne peux pas laisser quelqu’un au courant de l’existence du Mont Hua repartir seul.»

Les yeux de Chung Myung tournèrent. Est-ce que ce n’était pas trop facile ?

… Mais maintenant qu’il y pensait, Chung Myung n’avait pas la moindre raison de se méfier de lui. De quoi est-ce qu’un frêle mendiant tel que lui devrait se méfier ?

«S’il n’y a personne avec toi et que tu n’as nul autre plan, alors entre donc. Nous écouterons ce que tu as à dire plus tard.»

Chung Myung fut quelque peu confus, comme si quelque chose gonflait en lui.

Oui. Ca y est. Quel était le sens de se faire un nom avec une épée ? Même avant qu’ils ne prennent l’épée, la Secte du Mont Hua était célèbre. Il ne restait presque plus de traces du Mont Hua, mais les feux de la puissante secte n’étaient pas encore éteints.

«Permettez-moi donc de vous importuner pour la soirée.» Chung Myung inclina la tête.

«Entre.» L’homme l’invita à l’intérieur avec un sourire.

«D’accord. Mais avant ça, je…» Chung Myung marqua une pause. Comment est-ce qu’il devrait se présenter ?

Il ne savait pas. Il ne poserait pas de question, n’est-ce pas ?

«Je me nomme Chung Myung. Si ce n’est pas impolis de ma part, est-ce que je pourrais savoir votre nom ?»

«Chung Myung, hein. Quel beau nom. Je me nomme Un Am.»

La famille Un. Les yeux de Chung Myung clignèrent. La famille aurait changé ? S’il est de la famille Un, alors cet homme doit être l’arrière-petit-fils ?

Les familles du Mont Hua de Chung Myung et Un Am étaient incompatibles l’une avec l’autre. Aucune des deux familles ne pouvait exister simultanément ; à un moment donné, ce serait la famille des Chung, et à un autre, ce serait les Un. Et compte tenu du fait que quatre générations durent être nées depuis, ce devait certainement être le temps de la famille Un.

Alors, il est impossible qu’il m’ait déjà vu. Les derniers disciples du Mont Hua qui virent Chung Myung appartenaient à d’autres familles ; ainsi donc, cet homme nommé Un Am ne pouvait rien savoir de lui.

Tant d’années semblaient s’être écoulées depuis qu’il eut traversé ces portes. Chung Myung fut amené au Mont Hua alors qu’il ne fut pas encore capable de grimper la montagne par lui-même, et à présent, il était de retour de sa propre volonté.

Il lui fallut prendre une profonde inspiration. Compte tenu de ce qu’ils avaient laissé derrière eux sur le Mont Hua et les circonstances de son retour, il n’y avait rien d’étrange à ce que le Mont Hua n’ait plus rien. Non, au contraire, c’était prévisible — et ce n’était pas la faute des gens d’aujourd’hui. Ce n’était pas leur faute si leurs aînés furent éliminés alors qu’ils n’étaient encore que des enfants.

En d’autres termes, Chung Myung n’avait aucun droit de diriger sa colère vers ces gens. Il devrait plutôt se sentir désolé. Si Chung Myung s’était retrouvé dans la même situation qu’eux, est-ce qu’il aurait lutté pour protéger le Mont Hua ? Il l’aurait laissé tomber et serait parti rejoindre la Secte Wudang. N’était-ce pas là du bon sens ?

C’est vrai. Qui suis-je pour condamner ces enfants ? Il avait honte. Peu importe ce qui lui restait à découvrir, il lui faudrait en assumer la responsabilité.

«Pfiou.» Chung Myung entra finalement.

Ahhh. Chung Myung avait cultivé son épée dans ce vaste pavillon. Le sol craquelé, les dalles blanches bleutées…

«… Hein ?» Il se frotta les yeux. Les dalles… attendez, où est-ce qu’elles étaient passées ? Pourquoi est-ce que le sol était couvert de boue ?

Sahyung n’était pas satisfait du sol boueux se trouvant de l’autre côté de la porte principale ; il y plaça donc des dalles bleues coûteuses. Bien qu’elles furent endommagées par leur pratique constante, il ne les retira jamais.

Alors où avaient bien pu partir ces dalles ? Est-ce que le chef de secte actuel était simplement plus pragmatique que Sahyung Jang Mun ?

«Ughhh.» Il sentait une migraine le gagner.

Reste calme. Calme. Encore plus calme. Pourquoi se prendre la tête au sujet de quelques dalles bleues ?

Oui. Juste des dalles. Malgré leur prix, cela restait de simples morceaux de pierre bleue. Quoique Sahyung Jang Mun fit passer un sale quart d’heure aux disciples pour les avoir abimées, cela restait de simples dalles. Les gens naissent, tout comme les pierres ; les pierres naissent, tout comme les gens… Ah, les gens et les pierres vont et viennent.

Bref !

Peut-être qu’elles ont été vendues. Il était plus important que le Mont Hua survive, plutôt que protéger ces pierres. Oui, c’était bien plus important…

Il faut que je me calme.

«Pfiou. Pfiou.» Chung Myung prit de lentes et courtes respirations. Il devait remercier ceux qui préservèrent le nom du Mont Hua en vendant ces pierres—

Où est passé le Palais d’Or Céleste ?

Ah, je ne le vois pas. C’est quoi ce bordel ? Le Palais d’Or Céleste était un bâtiment, pas un être vivant. Il ne pourrait pas tout simplement s’enfuir, si ? Mais peu importe combien il regarda, Palais d’Or Céleste avait été remplacé par un sol stérile.

«…Uh.»

«Hm ?»

«L-là bas.» Chung Myung leva son doigt tremblant, pointant l’endroit où devrait se trouver le Palais d’Or Céleste. «L-la terre là-bas me semble étrange… n’y avait-il rien là-bas ?»

«Ah, tu sembles avoir de bons yeux. Il y avait autrefois un palais à cet emplacement.»

Il y “avait autrefois” ? Où est-ce qu’il était parti ?

«Haha. Ce n’est pas le genre d’histoire que quelqu’un de jeune tel que toi devrait entendre.»

Parle ! Je connais mieux cet endroit que toi !

«J’imagine que l’on pourrait parler d’une glorieuse blessure de guerre. En tant qu’artiste martial, cela est plutôt embarrassant à dire.»

«… Glorieuse, mon cul, oui.»

«Hein ?»

«Non, rien.»

Chung Myung était désemparé. Les dalles bleues avaient disparu, l’enseigne avait disparu, et le meilleur endroit de la secte avait disparu. Partout où le vent soufflait, il trouvait de la poussière.

C’était vraiment le Mont Hua ? Ça ? Si on lui avait dit que cela appartenait à ces raclures pourries du Culte Démoniaque, il y aurait cru.

«Acckkkkkk.»

«Est-ce que tu vas bien ?»

«Ah, non. Ce n’est rien. Rien du tout.» Cependant, chaque fois qu’il inspirait, il avait l’impression d’avaler des bouchées de poussière.

«C’est un peu…»

«Hm ?»

«Cela a l’air un peu… désolé.»

Un Am sourit tristement, une expression douce-amère qui blessa Chung Myung.

Oui… c’était obligé. Ceux qui veillèrent sur le Mont Hua, tels que Un Am, étaient ceux qui souffrirent le plus après sa chute. S’ils en avaient eu les moyens, ils n’auraient pas laissé le Mont Hua décliner ainsi ; s’ils n’étaient pas demeurés loyaux, qu’est-ce qu’il resterait même du Mont Hua, tandis qu’il tombait en ruines ?

Ils ont dû beaucoup souffrir. Cette pensée pesait lourdement sur son cœur. Peu importe à quel point Chung Myung le prenait mal, ce n’était rien comparé au chagrin de ceux qui le défendirent pendant tout ce temps.

«Par ici.»

«… D’accord.»

«Lorsque se présente un invité, il est normal de lui offrir un endroit pour se reposer. Toutefois, le Mont Hua est une secte et les invités doivent donc se plier à une règle au préalable. J’imagine combien tu dois souhaiter pouvoir aller te reposer, mais tu dois d’abord te recueillir.»

Chung Myung acquiesça docilement. Un Am le conduit à un endroit semblable à un sanctuaire. Bien qu’il y ait plusieurs temples d’importance sur le Mont Hua, il ne serait pas exagéré de dire que le Temple Okcheon était le plus important d’entre eux. Chung Myung n’avait pas renoncé aux enseignements du Mont Hua, aussi il était normal qu’il entre et prie. En ces temps difficiles, il était reconnaissant que Un Am le lui ait proposé.

Mais malgré cela, il n’était pas prêt à voir l’intérieur du temple. L’entièreté du Mont Hua était en ruine — est-ce que le temple aurait pu être épargné ?

Je dois essayer de ne pas trop être choqué. Il prit une grande inspiration.

«C’est par-là.»

«D’accord.»

Chung Myung se calma et marcha jusqu’à l’intérieur du temple.

— Et puis se stoppa. Il ne restait rien d’Okcheon. Tout ce qu’il pouvait voir était un portrait, un brûleur d’encens et quelques petits objets.

Si frugal. Frugal… Chung Myung gémit et trembla.

«O-où…» Où se trouvaient les chandeliers en or offerts par l’empereur Jin ? Où se trouvaient les parchemins en or sur lesquels étaient inscrites les paroles des anciens ?

Mais ce ne fut pas ce qui surprit le plus Chung Myung.

«M-mais…» Impossible. Non. Où est-ce qu’elle était passée ?

Chung Myung parvint tout juste à lever son doigt tremblant, pointant devant lui.

«Hein ?»

«I-il devrait y avoir une fleur, non ?»

«Une fleur ?»

«… Oui, une fleur !»

«Comment le sais-tu ?»

«E-elle était là, non ? Où est-ce qu’elle est passée ?»

Un Am pencha la tête d’un air perplexe. Il y avait beaucoup de choses qu’il voulait demander à cet enfant, mais son visage déformé le suppliait de répondre.

«Il y en avait effectivement une. Une fleur de prunier faite d’un curieux métal blanc.»

«Oui ! Cette fleur-là ! Où est-ce qu’elle est ?»

«Nous l’avons vendue.»

«… Hein ?»

«Elle ne nous servait pas particulièrement et ne s’adaptait pas non plus à l’atmosphère de la secte. Un marchand désirait l’acheter, nous le lui avons donc vendu pour un bon prix.»

«V-vendu…»

«C’est exact. Mais tu—»

«Ugh ! Ugh ! Quoi ?!» Les yeux de Chung Myung roulèrent follement. «Ugh…»

La Fleur de Prunier Blanche Parfumée — elle faisait partie, avec l’Epée Divine de l’Aube Violette, des deux objets sacrés de la secte. Elle ne brillait pas comme de l’or ou argent, mais on disait qu’elle contenait l’essence même du Mont Hua.

Et ces fous l’avaient vendue.

«V-vous auriez pu vendre d’autres choses ! Vous l’avez vendue ! Bande d’abrutis…»

La combinaison du choc et de la fatigue eut finalement raison de lui, faisant tomber Chung Myung au sol.

Il pouvait presque voir le visage épouvanté de Sahyung Jang Mun.

Foutu. Le Mont Hua était foutu. Totalement foutu.

Sahyunnngggg !

Chung Myung perdit connaissance.


Nous recherchons un correcteur afin d’améliorer et fluidifier la lecture des chapitres !

Ce chapitre a été traduit depuis les traductions anglophobes de la team Sky Demon Order, avec leur autorisation. Ils n’ont toutefois aucun lien avec les traductions francophones.

,