Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 6

Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 6

Chapitre 6

Oh mon— le Mont Hua est en ruines (1)

«Enfin !» Chung Myung s’appuya contre le bâton qu’il utilisait comme une canne. Enfin, le sublime Mont Hua se dressait devant ses yeux.

«Eeeeeenfiiiiiin !» Il ne retenu plus ses larmes. A quel point ce fut dur d’arriver jusqu’ici ? Il avait frôlé la mort tant de fois et avait dû s’y rendre en utilisant le corps d’un enfant, guère différent d’un corps— non, inférieur au corps d’une personne ordinaire.

Bien entendu, ce n’était rien d’extraordinaire vis-à-vis d’un voyage entrepris — la faim et fatigue étaient monnaie courante. Mais ce n’en fut pas moins dangereux, non ?

… Après toutes ces terribles épreuves qu’il avait dû traverser, Chung Myung avait enfin atteint le Mont Hua.

«…Enfin.» S’il écrivait ses aventures, ses textes deviendraient l’épopée d’un héro. Ou bien l’épopée d’un mendiant, peut-être.

Bien entendu, Chung Myung ne pourrait pas ignorer l’usure qui frappait son corps. Quoiqu’il avait accumulé du qi, l’énergie qui aurait dû être utilisée pour développer son corps était passée dans la marche et la course. Son corps n’était absolument pas devenu plus fort — le grincement constant de ses os fit grimacer Chung Myung de douleur.

Même ses vêtements, déjà usés au départ, n’étaient plus que des lambeaux sur son corps. Et la poussière qui y était collée ?

Mais c’était sans importance, car Chung Myung était arrivé jusqu’au Mont Hua.

Le premier qui me dit que la réincarnation apporte une vie merveilleuse, je lui fracasse le crâne. Chung Myung ferma inconsciemment les yeux.

L’individu en lequel vous vous réincarnez à son importance. A se réincarner en tant que mendiant sans famille ou sans temple pour l’accueillir, il préférait ne pas se réincarner du tout.

Mais ses peines allaient cesser ! Il avait finalement atteint le Mont Hua ! A présent, il pourrait donc constater de ses propres yeux ce qui avait bien pu arriver au Mont Hua.

«Allez, c’est parti !» Chung Myung poussa vigoureusement sur son bâton et commença à monter le Mont Hua.

Après un moment…

«Huaaak ! Huaaak !» Chung Myung, accroché aux pentes de la falaise, respirait comme si ses poumons étaient sur le point d’exploser.

«C’est quel genre de test ça ?» Sur cette montagne ? Est-ce que cela avait le moindre sens que le chemin, sur cette montagne si importante, soit ainsi ? Il se souvenait que les chemins menant à la Secte Shaolin et à la Secte Wudang débordaient d’encens, mais il ne pouvait pas repenser à une seule personne qui aurait visitée le Mont Hua.

Chung Myung regarda lugubrement en bas. Des falaises sans fin s’étendaient devant lui. Est-ce qu’il exagérait ? Bien sûr. Rien n’était sans fin. Mais il se tenait par-dessus les nuages ! Cette montagne folle était si haute qu’il avait dépassé les nuages et pourtant, il n’était pas encore arrivé au sommet !

Cela n’avait plus rien d’un sentier. Si ceci était un sentier, alors les moineaux seraient des phénix. Un sentier sur lequel il serait impossible de poser les deux pieds, et sur lequel il fallait avancer en rampant, pourrait-il vraiment être considéré comme tel ?

«Bordel ! Quelle idée leur est passé par la tête pour construire la Secte au sommet de cette montagne ?» Chung Myung voulait courir jusqu’au Mont Hua et mener son enquête, mais on dirait bien qu’il n’en aurait pas l’occasion.

«Sahyung. Le Mont Hua n’est-il pas un endroit ô combien propice ? Ce pic, là-bas, n’a-t-il pas la forme d’une épée ? La secte semble vraiment avoir choisi un bon endroit pour s’établir.»

«… Merde. Bon sang.»

Des pics en forme d’épée, hein ? Ils avaient vraiment la forme d’épée, effectivement. Les chemins menant à la secte coupaient ses pieds à la manière d’épée.

On disait que le Mont Hua était la plus abrupte des cinq montagnes. Ce n’est que lorsqu’il ne pouvait pas utiliser les arts martiaux que Chung Myung réalisa vraiment.

«Je vais vraiment y rester.» Il ne rigolait pas — il était convaincu que sa vie était en jeu. Ses membres tremblaient d’ores et déjà, alors qu’il lui restait encore une longue route à parcourir. Et compte tenu de l’absence de quoique ce soit, il comprit combien le Mont Hua avait pu souffrir.

«Ackk.» Chung Myung gémit et s’appuya contre le mur.

Mais il ne pouvait pas tout simplement abandonner ! Quel intérêt d’être arrivé jusqu’ici si c’était pour abandonner ? Si une montagne se présente, alors il est du devoir d’un homme de la gravir ! La gravir, puis de se relever, la poitrine gonflée par la persévérance et le courage !

… Quoique la vérité était que redescendre serait bien plus dangereux que continuer à grimper.

… Vraiment plus.


Une main s’agrippa au sommet du bord de la falaise.

«Accckkkkkk !» Les bouts de doigts blancs poussiéreux étaient frêles, mais ils soulevèrent le reste de leur corps.

«Ahh ! Je vais crever !» Chung Myung s’effondra sur le dos, ayant tout juste réussi à soulever son corps.

«Hahh, hahh, hahh ! Un peu plus et je tombais !»

Il pouvait voir les nuages, désormais bien en dessous de lui. Arriver si loin, alors qu’il était un enfant, méritait bien qu’il se complimente.

Ce ne fut pas facile. Vraiment pas facile.

La bonne nouvelle était qu’il n’aurait pas à redescendre la montagne. Il ne lui restait plus qu’à trouver la secte.

Voyons voir. Chung Myung lutta pour se remettre sur ses pieds et jeta un coup d’œil aux alentours. Là-bas — devant lui se trouvait un sentier menant au sommet. D’un peu plus loin sur le sentier, il pouvait voir le Mont Hua. Les petites jambes de Chung Myung ne tenaient pas en place. Son cœur trembla. Après une centaine d’année, le voilà de retour au Mont Hua.

«Enfin, depuis la dernière fois que j’ai été ici, seul un mois s’est écoulé.» Mais parlons plutôt d’une centaine d’années, cela sonnait mieux.

Monter la colline supérieure ne fut pas difficile le moins du monde. Son corps était extenué, mais la seule idée de parvenir au Mont Hua lui donna de la force.

«Ahhh…» La vue des tuiles du toit de la porte principale remplit ses yeux de sentiments. La rivière et les montagnes avaient changé, mais pas ces tuiles ; les courbes douces capturent toujours l’esprit du Mont Hua.

Oui, sur ces vieilles tuiles—

Hein ?

Vieilles ?

Une tuile manquait ?

Chung Myung se frotta les yeux.

Est-ce que ses yeux lui jouaient des tours ?

Peu importe combien il se frotta les yeux, le paysage devant lui ne changea pas. A chaque pas, les détails de la porte à moitié détruite se dessinaient, de plus en plus précis.

Chung Myung se stoppa net.

La porte principale était la première chose que voyaient les visiteurs. Quelque furent les dégâts qui purent ravager l’intérieur, ils veillèrent toujours à ce que la porte d’entrée demeure sublime et soignée.

Cela restait l’entrée du Mont Hua. Sa construction frugale et pragmatique dégageait l’atmosphère du Mont Hua. Et, au moins, ils l’entretinrent

Mais…

Qu’est-ce que je suis en train de regarder ? Les tuiles étaient éparpillées ici et là, couvertes de graffitis. Elles devaient être changées, et urgemment — mais les piliers fissurés, noircis et non peints étaient encore plus horribles !

D-des toiles d’araignées… Il fallait les retirer régulièrement, donc passait encore. Néanmoins, il ne comprenait pas pourquoi elles étaient laissées à des endroits aussi visibles.

Et la Pointe du Dragon de Feu…

«L’enseigne ? L’enseigne— où est-elle passée ?» L’enseigne ne symbolisait-elle pas la Secte elle-même ? Où est-ce qu’elle avait bien pu passer ?! Cette porte ne disait plus « Grande Secte du Mont Hua » !

C’était l’enseigne que Sahyung nettoyait chaque matin ! Où est-ce qu’elle pouvait être ? Où ?

Les jambes de Chung Myung perdurent leurs dernières forces. Il tituba, péniblement, jusqu’à la porte ; mais les mots lui manquèrent.

«Autant que je sache, ils ont été déchus.»

«La Secte du Mont Hua ? Je crois en avoir entendu parler. N’étaient-ils pas connu, par le passé ? De ce que j’ai entendu dire, ils ont terrassé le Démon Céleste puis ont sombré. Est-ce qu’ils existent encore ?»

«… Sombré ?» Le Mont Hua ? Les yeux de Chung Myung tremblaient.

«Non— C’est quoi ce bordel de merde ?» Certains pourraient se morfondre, mais Chung Myung, quant à lui, peina à contenir son irritation croissante.

Le Mont Hua, détruit ! Merde, pas quelque chose d’autre, mais bien le Mont Hua ? Le Mont Hua ?

«J’hallucine. Le Mont Hua est en ruines. Le Mont Hua…» Il aurait beau essayer, il ne pouvait pas réfuter la réalité. Chung Myung, meurtri et choqué, devait finalement le reconnaître.

«Sahyung Jang Mun ! Pourquoi est-ce arrivé ? Pourquoi ! Pourquoi est-ce arrivé ? Ah, ce silence étouffant ! Ughhhhh !»

Il se pourrait que le Mont Hua avait vraiment été détruit. Parmi toutes les choses qu’il avait entendu lors de son voyage jusqu’ici, il n’entendu aucune au sujet du Mont Hua. Il avait pu entendre parler de la Secte Wudang, la Secte Shaolin, ainsi que de plus petites sectes ; mais il n’entendu jamais un mot au sujet du Mont Hua.

«C’est pour ça que je t’ai dis d’agir avec modération, Sahyung.»

«Yah. Petit imbécile. Le Mont Hua est une secte. Quel intérêt il y a-t-il à ce que des guerriers demeurent coincés dans leurs montagnes, à se pomponner et agir comme de grandes personnes ? Ceux qui ignorent les difficultés des autres n’ont pas le droit de parler de leurs problèmes…»

«Mais même dans ce cas, tu aurais dû moins en faire !» Les aînés, les disciples et mêmes les autres grands disciples furent tués au cours de cette bataille. De nombreuses sectes affirmèrent avoir envoyé leurs meilleurs éléments, mais nulle secte s’investit autant que celle du Mont Hua.

Les aînés supposaient guider la secte périrent, et les disciples qui étaient supposés leur succéder… périrent aussi. Il ne resta que les plus jeunes disciples, auxquels il restait beaucoup à apprendre et qui n’eurent pas même encore maîtrisé leurs arts martiaux. Qui, alors, était supposé perpétuer le nom du Grand Mont Hua ?

«… C’était prévisible.» Il pouvait sentir tous ses espoirs se briser ; les sentir tomber en ruines, à la manière de la porte.

Le Mont Hua avait été détruit.

«Sahyung, sahyung ! C’est pour cela que je t’avais dis cela ! Est-ce que je ne t’avais pas prévenu qu’il ne resterait rien si nous suivions aveuglément les règles de la secte ? Est-ce que tu vois ce qui s’est passé ? Comment peux-tu, dans l’autre monde, te tenir devant le reste de la Secte ? Aaah ! T’es vraiment qu’un type frustrant !»

L’amertume de Chung Myung retentit à travers la montagne déserte.

«Je vais devenir fou. J’y crois pas.»

Il revint à la vie après une centaine d’années, seulement pour trouver le Mont Hua en ruines. Il s’était battu pour le protéger, mais… si là en était le résultat, pour quoi s’étaient-ils battu, au final ?

Il sentit le désespoir l’envahir.

Ce fut à ce moment-là—

«Il y a quelqu’un ?»

—qu’une voix atteignit ses oreilles.


Nous recherchons un correcteur afin d’améliorer et fluidifier la lecture des chapitres !

Ce chapitre a été traduit depuis les traductions anglophobes de la team Sky Demon Order, avec leur autorisation. Ils n’ont toutefois aucun lien avec les traductions francophones.