Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 4

Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 4

Chapitre 4 :

Bon sang, il se passe quoi ? (4)

«L’Equilibre des Six»— l’unité. L’unité de la Terre, du Ciel et des quatre points cardinaux —l’Est, l’Ouest, le Nord et le Sud. Six.

L’Equilibre des Six est le monde et le monde est l’Equilibre des Six.

C’est sûr que ça sonnait bien.

Donc, qu’est-ce que ça veut dire concrètement dans le domaine des arts martiaux ?

C’est comme un de ces objets sans valeur qui finit sur le marché noir pour de la petite monnaie. Ce n’était pas bon marché, mais les gens le considéraient comme tel. C’était la technique d’arts martiaux la moins chère au monde, vendue à un prix abordable pour tous. En bref : c’était bon marché.

C’était supposé être la première chose à acheter dans une librairie pour apprendre les arts martiaux. Ceux qui ne suivraient pas son enseignement finiraient par apprendre la même chose mais en autodidacte.

Lorsque Chung Myung était encore très actif, l’Equilibre des Six, le Droit de Délibération et les Trois Epées étaient célèbres. A l’époque où Chung Myung était connu comme l’un des trois plus grands épéistes de la troisième génération, les techniques de base des arts martiaux tournaient autour du Tai Chi.

Dans ce pourquoi, pourquoi Chung Myung allait apprendre ce tour bon marché ?

Car ce n’est pas bon marché. L’Equilibre des Six était l’une des techniques d’introduction de la Secte du Mont Hua. Tous ceux entrant au Mont Hua étaient introduit à l’Equilibre des Six, car cela pouvait nettoyer le corps de n’importe quelle impureté. Malheureusement, cela ne rendait pas votre qi intérieur plus fort ; cela vous rendait seulement plus sain. Ceux qui ne le comprirent pas le méprisaient et le maudissaient au point de vouloir le retirer des enseignements de la Secte du Mont Hua. Inévitablement, les nouveaux venus dans la Secte du Mont Hua ont fini par détester l’Equilibre des Six.

Mais Chung Myung savait mieux que quiconque qu’il n’existait pas de technique dépourvue de valeur. Si cela fut vraiment le cas, Chung Myung ne serait pas allé aussi loin il y a une centaine d’années.

«Tout a un but.»

L’Équilibre des Six n’augmentait pas la force ou le qi. Honnêtement, si l’on le comparait son efficacité avec celle des techniques de qi interne, l’Équilibre était moins d’un dixième aussi efficace que les autres techniques.

Mais l’Équilibre des Six était incroyable pour ce qu’il était censé faire ; le corps du praticien était parfaitement purifié.

«Les bases.»— pour le dire simplement.

La Fondation. La fondation la plus importante.

C’était la meilleure technique d’arts martiaux pour purifier le corps, perfectionner le corps ainsi que le corps. Toutefois, les effets n’étaient jamais visibles à l’œil nu, puisque l’on remarquait seulement son dantian lors d’utilisation de compétences.

Au final, même le Mont Hua abandonna l’enseignement de l’Équilibre des Six. Ils l’enseignèrent seulement lors des cours d’introduction, car telle était la tradition ; et encore, seulement lorsque demandé.

Quel gâchis. Quel était l’intérêt d’essayer de courir et de voler quand on n’était capable que de ramper ?

Dans sa vie passée, Chung Myung non plus ne voulait pas s’attarder sur une technique qui ne lui donnait aucun résultat.

«J’y ai perdu cent fois plus. Bordel !» C’était son plus grand regret. Si seulement il était allé au bout de l’Equilibre des Six au lieu de passer à une autre technique, Chung Myung aurait pu être deux fois plus fort.

Il était impossible de reconstruire les fondations une fois la tour construite. Mais, par chance, l’opportunité de corriger ses erreurs s’était présentée. Cette fois, il pourrait aller jusqu’au bout en prêtant une attention méticuleuse à chaque détail. Sa nouvelle tour serait encore plus grande et plus belle.

«Hmph.» Avec une profonde respiration, Chung Myung ferma les yeux et se remémora tout ce qu’il savait au sujet de l’Equilibre des Six.

Tandis qu’il se calmait, son qi bougea. Avec sa respiration, l’oxygène remplissait son corps et son qi bougeait. Les nouveaux apprenant prenaient environ un mois avant de sentir l’oxygène bouger à travers leur corps, mais Chung Myung n’avait pas besoin de ce temps.

L’énergie de l’air fut guidée par l’Equilibre des Six et s’installa dans la partie inférieure de son ventre.

C’est maintenant que le véritable travail commence. Chung Myung n’avait pas l’intention de s’attarder au niveau de base de cette technique. Suivre le chemin tracé n’était pas mal, mais quelqu’un qui avait déjà parcouru le chemin des arts martiaux ne pourrait jamais se satisfaire d’un si petit accomplissement.

Un peu plus. Il se concentra à filtrer les impuretés mélangées à son qi. C’était comme regarder chaque fil d’un énorme rouleau de tissu et corriger délicatement chaque fil mal aligné.

C’était parfait.

Aux yeux de Chung Myung, la quantité de qi collecté n’avait aucune importance ; ce dont il avait besoin, c’était d’un qi pur, unique en son genre.

Le qi commença à s’estomper ; d’abord de la taille d’une graine de millet, il devint de plus en plus petit. Après plus d’une demi-journée, il ne restait plus qu’une fine pellicule d’énergie. N’importe qui d’autre serait gêné d’appeler cette énergie un ‘dantian’.

«Phewwwww.» Chung Myung ouvrit finalement les yeux.

Son visage était couvert de sueur. Ses haillons étaient trempées de sueur et d’une épaisse poussière. Il était déjà sale de base, mais là, c’était un tout autre niveau.

«C’est la première fois que je le fais en me concentrant autant.» Plutôt que difficile, Chung Myung trouva cela rafraichissant. Il était très satisfait du résultat, quoiqu’appeler cela un dantian était plutôt ambigu.

Il était faible — dans l’histoire entière des arts martiaux, trouver un dantian plus faible que celui de Chung Myung serait impossible.

Mais Chung Myung réalisait qu’il venait de faire le premier pas vers une fondation parfaite. Ce petit dantian était la porte d’entrée vers un tout nouveau monde. Cette particule de qi pur allait rouler comme une boule de neige et créer un glissement de terrain imparable.

Oui. Tout comme…

… ce connard, le Démon Celeste. Le corps de Chung Myung se tendu. Rien que de penser à lui, des frissons lui parcouraient l’échine.

Il n’était pas même humain. Il était surpuissant.

Non, il était simplement au-delà des mots.

Un groupe avait été composé de l’élite de toutes les sectes. Ils n’en avaient même pas après la Secte du Démon Céleste ; ils ne voulaient qu’une seule personne : le Démon Céleste.

Le résultat ? Un anéantissement total.

Ce ne serait pas une exagération que dire que le Démon Céleste avait battu les Grandes Sectes à lui tout seul.

Peut-être… Peut-être que Chung Myung serait capable d’atteindre son niveau, cette fois-ci, s’il faisait tout correctement.

«Ok…» Chung Myung bondit sur ses pieds.

Il parvenu à se tenir à moitié debout avant que son corps ne se contorsionne. Alors, il tomba sur la tête.

«Uh…» Quoi ? Il s’était évanoui à cause du surmenage ?

«Kuuk !» Il se releva à l’aide de ses bras ; ou tout du moins, il essaya. Ses bras refusaient de bouger.

«Oh?» Ses bras tremblaient, comme s’ils venaient d’être frappés par la foudre. La vue de ses bras nus tremblant comme des brindilles le fit se sentir pathétique.

«Pourquoi… c’est quoi ça encore ?» Cela ne devrait pas se produire. Lorsque le qi interne était appris, le corps devrait avoir beaucoup plus d’énergie.

«U-une minute.» Chung Myung baissa son regard vers son bas ventre.

Le qi le plus pur au mode était rassemblé en un seul point, plus petit qu’un œil… de fourmis.

C’était suffisamment pur pour satisfaire même le Maître de l’Epée des Fleurs de Prunier, mais c’était aussi… presque miraculeusement petit.

Qu’est-ce que cela voulait dire exactement ?

«Non, bon sang ! Ce n’est pas ça qui va m’aider à utiliser mon corps ! Comment j’ai pu oublier ?» Chung Myung se serra la tête en se tordant sur le sol.

Il aurait dû y penser avant de le créer ! Réfléchis ! Réfléchis, Chung Myung, réfléchis ! Son cerveau était dans sa tête, alors pourquoi il n’avait pas réfléchi ? Pourquoi ?

Il pouvait entendre la voix de Sahyung Jang Mun l’exhortant :

«Je t’en prie, réfléchis un peu ! Réfléchis ! Pourquoi tu n’utilises donc pas ta tête lorsque tu fais quelque chose pour la première fois ? Pourquoi ? Ta tête n’est pas là pour faire beau— réfléchis !»

S’il avait su que cela finirait comme cela, il aurait au préalable réfléchi un peu plus.

«Il faut que j’aille jusqu’au Mont Hua avec ce corps-là ?»

À quelle distance se trouvait le Mont Hua ? A peu près….

«P-plus de trois mille kilomètres ?» Il cligna des yeux.

Trois mille kilomètres ? N’importe quelle personne ordinaire peinerait à parcourir trois mille kilomètres. Mais un banal enfant — non, un mendiant avec rien à manger ?

«Ugh !» Chung Myung se frotta le visage. «Ah ! Quelle vie pourrie !»

Mais il était supposé faire quoi ? Il avait déjà créé son dantian — et même s’il avait su, il n’aurait pas pu créer un plus gros dantian. Il savait ce qu’apportaient les raccourcis. Il ne sacrifierait plus l’avenir au profit du présent ! 

C’était un véritable casse-tête.

«Kuuuk !» Chung Myung soupira et se souleva du sol. «… C’est quoi cette vie de malheur ?»

Tout ce que Chung Myung pouvait voir, c’était des épreuves sans fin en vue. Mais les épreuves forgent les héros !

«Il n’y a rien qui soit impossible sans un peu de persévérance !»

Chung Myung serra les dents et se dirigea vers la ville en boîtant.


«Kuak…» Chung Myung s’écroula au sol.

Il y a aussi des choses que la persévérance ne peut pas permettre de réaliser ! Et quel genre de moment il avait choisi pour le réaliser.

Chung Myung avait réalisé qu’il existait une force qui pourrait l’arrêter. Ses jambes le lançait, mais il pouvait tolérer la douleur ; toutefois, il existait une chose qu’il ne pouvait pas tolérer.

J’ai faim. Rien ne pourrait apaiser la faim faisant rage au sein de son estomac vide.

Pour dire vrai, Chung Myung n’était pas inconnu à la faim. La pratique exige parfois de la discipline. Manger était un moyen d’obtenir du qi extérieur, mais naturellement, la nourriture pouvait aussi contenir du qi impur. Par conséquent, ceux qui étaient à la recherche de qi pur s’interdisaient de manger. Il y avait des moments où Chung Myung pensait abandonner son entraînement, mais il était un vrai disciple du Mont Hua et il était immunisé contre la faim.

Ou du moins, c’était là ce qu’il cru. Chung Myung n’avait jamais appris l’énorme fossé qui existait entre choisir de ne pas faire quelque chose et ne pas pouvoir faire quelque chose — la faim extrême ne peut être surmontée par la patience. Il avait l’impression que son estomac était attaqué de l’intérieur. 

Il était parvenu à sortir de la forêt et arriver jusqu’en ville, mais il était incapable d’en faire plus. Il avait pratiquement rampé pour sortir de la forêt.

La première question de vie ou de mort que je rencontre après m’être réincarné est  moi qui meurs de faim ! C’était un tout nouveau niveau d’absurdité pour lui. Qui était Chung Myung ? Un des plus grands épéistes de la troisième génération… Ah, il était fatigué. Et affamé. Il était persuadé que la mort l’attendait au tournant.

Il avait essayé de rassembler du qi pour devenir une bête sauvage, mais au lieu de ça, il était devenu un vers de terre.

Non, maintenant qu’il y pensait, son corps était au bord de la faim depuis le début. Il le réalisait seulement une fois arrivé au seuil de la mort.

Et maintenant, je fais quoi ? Il avait besoin d’argent pour obtenir de la nourriture et il avait besoin de travailler pour obtenir de l’argent ; mais il était incapable de travailler dans son état actuel.

A ce moment-là, un bruissement vint de quelque part.


Note traducteur :

  1. Un dantian est un centre énergétique ; ils sont au nombre de trois. Ce sont points de convergence importants pour les techniques de méditation, exercices, arts martiaux et la médecine traditionnelle chinoise.

Nous recherchons un correcteur afin d’améliorer et fluidifier la lecture des chapitres !

Ce chapitre a été traduit depuis les traductions anglophobes de la team Sky Demon Order, avec leur autorisation. Ils n’ont toutefois aucun lien avec les traductions francophones.