Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 0.1

Le retour de la Secte du Mont Hua – Chapitre 0.1

Chapitre 0.1

«C’est…»

Des dents serrées suffisamment fort pour qu’elles risquent de se briser à tout moment.

Des poings suffisamment crispés pour qu’en coule du sang rouge foncé.

Des tremblements et convulsions incontrôlables.

Une colère qui pourrait rendre ses cheveux blancs1.

Rouge. Tout était rouge. Le sang avait rendu écarlate tout ce qu’il pouvait voir.

Le sommet luxuriant de la montagne verte était devenu rouge sang ; une seule journée suffit pour balayer sa nature même.

La mort. Il ne restait plus que la mort.

À quoi rimait cette effusion de sang ? 

Chung Myung agrippa la poignée de l’épée enfoncée dans son épaule et retira la longueur brisée de l’Épée aux Fleurs de Prunier.

Il ne restait rien de son bras gauche ; seulement les lambeaux de sa manche qui volaient au vent. Ses jambes n’étaient pas blessées, mais c’était tout juste s’il parvenait à bouger. Son estomac était ouvert d’un trou de la taille de la tête d’un enfant.

Et pourtant, Chung Myung n’en ressentait pas la douleur.

La douleur qui le frappait n’était rien à côté du tumulte dans son cœur.

«… Sahyung2 Jang Mun.» Il découvrit le corps abandonné, à l’écart, de Jang Mun de la Secte du Mont Hua.

Pourquoi est-ce que la vie devait être aussi injuste ? Pourquoi est-ce que les morts ne pouvaient pas au moins fermer leurs yeux ?

«Sajae3…» Le corps coupé en deux de Sajae Chung Gong le hantait.

«Sajils4…»

Ils étaient tous morts.

Les meilleurs et plus talentueux membres de la secte du Mont Hua, qui s’étaient promis d’escalader la montagne ensembles afin de préserver la sécurité de leur territoire et faire connaître leur nom par-delà, s’étaient réunis en un lieu duquel ils ne pourraient pas revenir.

Et leurs Sajils les avaient suivis.

La mâchoire de Chung Myung se crispa.

C’était un noble sacrifice. Leur mort était juste et glorieuse.

Mais qui oserait louer leur mort ? Qui ?!

Le regard de Chung Myung fixa le coupable, celui à l’origine de sa rage incommensurable. 

Le démon venu des cieux, le chef du Culte du Démon Céleste : Chun Ma5.

La vue de cet homme méprisable, assis les jambes croisées parmi la mer de sang et chaire, suscita d’étranges sentiments chez Chung Myung. Même au milieu de ce décor infernal, Chun Ma semblait suprêmement serein. 

Non, il n’était pas possible de le décrire comme “serein”. Pas maintenant. Des dizaines d’épées avaient transpercé son corps et deux lances avaient percé l’estomac. Ils avaient tous donné leur vie afin de vaincre ce démon. 

La bataille menée entre le dernier groupe, composé seulement de l’élite des sectes, et Chun Ma, se conclut par l’anéantissement des deux partis.

Était-ce suffisant ? Est-ce que les morts allaient reposer en paix ? 

Non.

Et même si ce fut le cas, Chung Myung, quant à lui, ne pourrait pas. Il lui fallut réunir ses dernières forces pour empêcher la rage de lui ôter sa rationalité.

Les yeux pâles et vides de Chun Ma s’ouvrirent pour observer le ciel bleu.

«… La Secte du Mont Hua.» Cinq mots s’échappèrent outre ses lèvres.

Les mots éternellement gravés dans le cœur de Chung Myung avaient émergés de la bouche du démon.

«Quel dommage, disciple de la Secte du Mont Hua. Si seulement tu pouvais repartir d’ici ; tu aurais pu te vanter de tes exploits.»

«… Ferme-la.»

«Tu peux néanmoins demeurer fier de ce que tu as accompli. Quoiqu’avec l’aide d’innombrables personnes, ce fut ton épée qui sera finalement parvenue à m’atteindre.»

«Tu vas la fermer !» Entendre le nom de sa secte prononcé par cette maudite bouche suffit à retourner l’estomac de Chung Myung.

«Comme c’est regrettable.» Chun Ma mourrait. Bienq’il fut le plus grand démon jamais connu, il ne pouvait pas survivre une fois son dantian brisé et ses organes déchiquetés.

La lucidité terminale ; son apparence n’était nulle autre que celle d’un homme vivant ses derniers instants.

Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’un homme à l’agonie paraissait aussi détendu ?! Chung Myung ne parvenait pas à comprendre Chun Ma. 

«Si j’avais eu ne serait-ce qu’un jour de plus, j’aurais pu devenir un être digne du nom “Démon Céleste”. Mais là doit donc être mon destin.»

Chung Myung serra l’épée qu’il avait retiré de son épaule. La lame forgée avec précision coupa sa paume.

Un pas.

Puis un autre.

Chung Myung boita jusqu’à Chun Ma, au bout de cette longue et terrible guerre.

«Souviens-toi de cela, disciple de la Secte du Mont Hua.» Les yeux de Chun Ma semblaient dépourvus d’émotions, même lorsque approcha Chung Myung. «Ceci n’est pas la fin. Les Démons reviendront. Lorsque ce sera le cas, les Démons conquerront le monde. Les Démons ne pourront jamais être stopp—»

La tête de Chun Ma tomba au sol.

Chung Myung écrasa la tête de Chun Ma, dont les yeux étaient demeurés ouverts.

«C’est…»

Cette guerre était terminée. Le monde se souviendra de leur victoire. Toutefois, Chung Myung ne se faisait pas de fausses illusions : le concept de victoire n’existait pas, ici. Personne n’avait gagné cette guerre.

Chung Myung fut finalement incapable de demeurer plus longtemps debout. Son trépas, inévitable, approchait.

Chung Myung leva la tête vers le ciel. Même après un tel bain de sang, le ciel demeurait bleu, comme s’il ne se souciait pas de ce qui pouvait bien se passer sur Terre.

Qu’allait-il advenir de la Secte du Mont Hua ? Tous ceux qui gravirent la montagne y trouvèrent la mort. Si certains vivaient encore, leur dernier souffle approchait certainement. Nul clan ne souffrit plus que la Secte du Mont Hua.

«Sahyung Jang Mun… Je te l’avais dit.»

Il lui avait dit qu’il ne devrait pas se dédier entièrement à toute chose. À présent, la Secte du Mont Hua allait être enterrée sur cette montagne. Tous les disciples avaient suivi leur maître vers la mort. Il ne restait plus que des enfants impuissants, ignorants.

Et… du regret. Il ressentait du regret.

Est-ce que ce qui s’était passé avait le moindre sens ? Est-ce que sang versé de la Secte du Mont Hua avait le moindre sens ?

«Je ne sais plus. Sahyung Jang…» Chung Myung tomba sur le côté.

Ses robes d’un blanc pur, pourvues d’une fleur de prunier à cinq pétales, s’étalèrent devant ses yeux.

La mort d’un artiste martial.

Une fin solitaire, sans témoins. Le grand Maître Épéiste aux Fleurs de Prunier de la Secte du Mont Hua était en train de mourir comme un chien.

«… Mais tu as eu une meilleure mort que la mienne.» Car il y avait quelqu’un pour le pleurer. Chung Myung pleura pour eux.

Je suis désolé, Sahyung Jang Mun. Sa vue s’assombrit.

S’il avait consacré un peu plus de son temps à l’entraînement, est-ce qu’il aurait au moins pu sauver une personne ?

S’il avait écouté ses professeurs et leurs réprimandes…?

S’il avait vraiment obtenu l’Épée du Mont Hua plutôt que l’Épée aux Fleurs de Prunier ?

Pas de regrets… Mais tout n’était que regret. Tout ce qui lui restait était des regrets.

Et ses inquiétudes pour la secte.

Les fleurs de prunier sont destinées à tomber et, une fois passé le froid hiver, viendra le printemps.

Le Mont Hua…

Le treizième disciple de la Grande Secte du Mont Hua, le Maître Épéiste aux Fleurs de Prunier, Chung Myung, qui tua le Démon Céleste au sommet des Cent Mille Montagnes du Culte des Démons Célestes, a plongé dans un éternel sommeil.

Cette brève anecdote était l’unique trace qu’il laissait derrière lui dans ce monde.


Note traducteur :

  1. Les coréens disent que les cheveux deviennent blancs lors d’extrêmes colères.
  2. Terme pour se référer à un disciple sous un même maître que soit-même, mais aîné ou de rang supérieur.
  3. Titre coréen pour se référer à des disciples sous le même maître que soit-même, mais cadets ou de rang inférieur.
  4. Les disciples d’un Sahyung ou Sajae.
  5. Le Maître pour le titre de Chung Myung est différent de maître/professeur. Ce Maître fait plutôt référence à quelqu’un de très haut placé hiérarchiquement, puissant et auquel on doit le respect.

Nous recherchons un correcteur afin d’améliorer et fluidifier la lecture des chapitres !

Ce chapitre a été traduit depuis les traductions anglophobes de la team Sky Demon Order, avec leur autorisation. Ils n’ont toutefois aucun lien avec les traductions francophones.